La force de triompher

L’histoire de Marie


Femme en train de réfléchir en marchant dans un pré.

Mon fils avait atteint le désespoir dans sa dépendance aux médicaments. Non seulement il était malade, mais en plus il avait honte. Nous ne savions pas depuis combien de temps il nous cachait son problème, mais nous avions maintenant une explication à son comportement inhabituel.

En tant que mère, je ne savais pas quoi faire. J’avais très peur, j’étais accablée et même en colère. Je voulais désespérément empêcher ma famille de s’effondrer. La première étape était de prendre conseil auprès de notre évêque, mais ce n’était qu’un début. Je savais qu’une longue route nous attendait, mon fils et moi. Je savais que mon fils avait pris ses propres décisions, mais je me sentais quand même coupable et j’étais profondément attristée. Je me suis retrouvée en train de glisser peu à peu dans l’abysse d’une sombre dépression.

Un jour, en recherchant de l’aide sur LDS.org, j’ai saisi les mots « traitement de la dépendance », ce qui m’a conduit vers AddictionRecovery.lds.org. J’y ai trouvé des histoires et des vidéos de personnes qui racontaient leur expérience personnelle avec la dépendance. Il y avait également des renseignements sur le programme de traitement de la dépendance [PTD], un service parrainé par l’Église pour aider les personnes qui souffrent de dépendances et les membres de leur famille. Le programme de traitement de la dépendance suit une approche en douze étapes qui inclut l’étude et la mise en pratique de principes de l’Évangile. Il enseigne comment trouver le pardon, l’espérance et la guérison grâce à l’expiation du Christ.

Avec l’aide de notre médecin, mon fils a suivi un processus difficile pour ne pas rechuter. Mais j’ai découvert que les dépendances ne s’arrêtent pas subitement ; la tentation persiste. Le soutien émotionnel, a été très important pour que le processus de guérison continue. Nous sommes donc allés sur le site du programme de traitement de la dépendance pour trouver les réunions dans notre région.

Mon fils ne savait pas à quoi s’attendre quand il s’est assis pour la première fois à une réunion du programme de traitement de la dépendance le mercredi suivant. Il a été accueilli par un couple missionnaire et a rencontré un jeune homme du nom de Ray. Ray a expliqué qu’il était lui aussi en cours de guérison de dépendance depuis plusieurs années et était là pour animer la discussion et donner des idées personnelles. Le groupe était composé de toutes sortes de gens : riches, pauvres, vieux et jeunes, et souffrant de diverses dépendances. Cependant les différences s’estompaient chaque fois que quelqu’un racontait ses efforts pour guérir.

Les membres des familles des personnes dépendantes se sont également réunis dans un groupe pour se soutenir mutuellement. Je me suis liée d’amitié avec une femme dont le fils était dépendant depuis plusieurs années, et, de ce fait, j’ai découvert que je n’étais pas seule ; beaucoup d’autres personnes comme moi traversaient les mêmes difficultés et nous étions plus fort du fait que nous marchions ensemble. J’ai appris que nous avions tous quelque chose en commun : le désir de voir notre être cher guérir et le désir de guérir nous-mêmes. Nous faisions part de nos sentiments et nous nous encouragions les uns les autres. Je quittais la réunion spirituellement régénérée et encouragée à aller de l’avant vers un jour meilleur. Avec le temps, tandis que mon fils continuait à aller aux réunions, nous avons tous les deux progressé vers la guérison.

Je témoigne que, grâce au pouvoir de l’expiation et avec le soutien des autres, chacun de nous peut trouver la force de triompher.