Venez à moi

L’ histoire de Skyler


Le Christ parlant avec un adolescent sur un banc.

Pendant mon adolescence, j’ai été dépendant à la pornographie. Quand j’ai essayé de surmonter mon problème, je n’ai fait que le déplacer vers l’usage de substances dangereuses comme des médicaments antalgiques donnés sur ordonnance, l’ecstasy et la marijuana. J’ai essayé tout ce qui me tombait sous la main. Je pensais que je pouvais réprimer le chagrin et la culpabilité que je ressentais.

À dix-neuf ans, tout dans ma vie semblait s'engloutir dans une spirale infernale. J’étudiais à l’université et vivais chez moi, mais j’avais l’impression que mes parents et mon Père céleste ne m’aimaient plus à cause de toutes les choses que j’avais faites et que je continuais de faire. Mes parents et mes amis ne pouvaient pas me faire confiance. J’ai échoué dans mes études et je me tournais de plus en plus vers ma dépendance, cherchant vainement un refuge. J’ai permis à l’adversaire de me faire descendre tellement bas sur la voie du mal que je pensais que je ne pourrais jamais retourner au bien que j’avais connu. J’étais profondément enfoncé dans ma dépendance et je pensais que j’étais condamné. J’étais convaincu qu’il n’y avait pas d’espoir pour moi.

J’ai fait tout ce que j’ai pu pour cacher la vérité à ma famille. Même lorsque mon père m’a mis en face de mes actes, j’ai menti en prétextant que j’allais bien. Mes parents n’étaient pas dupes et cela me déchirait. Je me suis dit que ce serait plus facile pour tout le monde si je mettais un terme à ma vie. Je savais que c’était l’argument cruel utilisé par l’adversaire, mais je voulais abandonner.

Je suis immédiatement monté en larmes dire à mon père que je voulais faire un tour en voiture avec lui plus tard. J’avais l’intention de tout lui raconter afin qu’il me chasse et me dise qu’il ne me considérait plus comme son fils. Je pensais que Dieu m’avait déjà abandonné, alors pourquoi pas mon père ?

Il faisait très sombre cette nuit-là. Pendant que mon père conduisait, je lui ai tout dit et j’ai attendu sa réaction. Je fixais le tableau de bord en silence et en pleurant. Je me préparais à l’inévitable. Au lieu de cela, il a arrêté la camionnette et a fait une prière ; ensuite il a parlé. Pour la première fois depuis des années, j’ai senti une infime lueur d’espoir. Si mon père était prêt à m’aider, Dieu n’avait peut-être pas abandonné non plus. Plus tard, parlant de cette soirée, mon père a dit :

« Je me souviens du soir où Skyler m’a demandé d’aller faire un tour. L’Esprit m’a poussé à écouter simplement. Quand Skyler a épanché son âme, j’ai senti le pouvoir de l’Expiation agir dans notre relation plus fortement que jamais auparavant. Je n’avais aucune colère ni envie de le réprimander ; j’avais juste de l’amour pour mon fils. J’étais fier de lui et de le voir disposé à venir vers moi dans sa détresse. »

Au cours des dix-huit mois qui ont suivi, j’ai vu mon évêque chaque semaine. J’ai commencé le processus du repentir en confessant ma dépendance puis en obtenant l’aide nécessaire pour m’en débarrasser. Quand j’ai obéi, le pouvoir de l’Évangile m’a donné la force dont j’avais besoin pour vaincre. Cela a été un magnifique processus de guérison dans lequel Dieu m’a rendu suffisamment humble pour retrouver foi en lui et dans le pouvoir salvateur de son Fils.

Quand j’ai choisi de vivre dignement, j’ai rapidement commencé à connaître le bonheur d’avoir l’Esprit en abondance dans ma vie. Je sais que j’ai goûté au pouvoir du Sauveur parce que je l’ai recherché, j’ai frappé à la porte et j’ai demandé. Sa grâce et sa miséricorde m’ont envahi. J’ai vu mes faiblesses comme des problèmes qui pouvaient être résolus et comme le moyen de gagner en sagesse.

Ces expériences sont maintenant devenues un puits profond duquel je tire mon témoignage en tant que missionnaire à plein temps. Je suis extrêmement reconnaissant des épreuves que Dieu a permis que je traverse et de la force que donne l’obéissance. J’ai appris des leçons importantes sur la maîtrise de soi et l’humilité, et je les applique en tant que missionnaire et disciple du Christ. J’aime l’occasion que j’ai chaque jour d’enseigner la doctrine du Christ et de son expiation. Le Sauveur l’a dit : « Quand tu seras converti, affermis tes frères » (Luc 22:32).

Je sais que ma vie ne serait pas ce qu'elle est aujourd’hui si je n'avais pas traversé ces épreuves, mais j’ai choisi d’être son serviteur. Je veux faire de mon mieux pour être toujours digne de son Esprit. Je sais que mon Rédempteur vit et qu’il est venu à moi les bras ouverts quand je me suis humilié et que je suis allé à lui.