Trouver ce qui lui manquait

L’histoire de Dustin


Le Christ s’adresse à un homme, les mains tendues, et l’instruit.

J’ai lutté pendant sept ans contre la drogue dont les médicaments antalgiques sur ordonnance, la marijuana et la méthamphétamine.

En 2000, j’ai divorcé trois ans et demi après mon mariage et après avoir eu deux enfants. J’ai commencé à travailler dans une pharmacie pendant mes études en école d’infirmier. J’étais perdu et déprimé. J’ai commencé à être narco-dépendant quand je me suis mis à voler des cachets d’antalgiques et à les consommer. Quand j’ai obtenu mon diplôme, j’ai commencé à travailler comme infirmier. Je faisais les gardes de nuit et, un soir, un autre infirmier m’a demandé si je voulais essayer la méthamphétamine. J’étais fatigué et je me suis dit que cela ne me ferait pas de mal. J’ai été accro dès cet instant. Ma dépendance m’a conduit à faire des choix regrettables.

En 2006, ma dépendance et mes mauvais choix m’ont mené à une arrestation. J’ai perdu mon droit d’exercer mon métier d’infirmier, ma famille, mes amis et ma liberté. Je n’avais pas prié depuis des années mais, dans cette cellule de prison, je l’ai fait comme je ne l’avais jamais fait auparavant. J’avais besoin d’aide et mon Père céleste était mon seul espoir.

Peu de temps après, ma famille a commencé à venir me visiter. Mon père m’a apporté des Écritures et des livres de l’Église à lire. Il venait me voir chaque semaine et m’écrivait tout le temps. Il a été mon meilleur ami et ne m’a jamais abandonné. En prison, j’ai commencé à assister chaque semaine aux services religieux de l’Église et à étudier mes Écritures tous les jours. J’ai été libéré au bout de vingt-huit mois. J’ai fait des progrès miraculeux dus à ma famille, à mes amis, et particulièrement à notre Père céleste et à Jésus-Christ. Mais il y avait encore quelque chose qui me manquait et je ne savais pas ce que c’était.

Environ une semaine après ma libération, ma mère m’a parlé d’un discours qu’elle avait entendu en réunion de Sainte-Cène au sujet d’un programme de traitement de la dépendance organisé par l’Église. Je me suis renseigné sur l’heure et le lieu des réunions, et j’ai commencé à y assister. Au début, pendant ces réunions, j’avais peur de m’ouvrir et de raconter mon histoire, mais l’Esprit était si fort et les personnes de notre groupe étaient des exemples tellement merveilleux que je me suis senti suffisamment à l’aise pour parler. En accomplissant les étapes du guide du programme de traitement de la dépendance, je me suis rendu compte de ce qui me manquait. Je n’avais pas fait le nécessaire pour permettre à l’expiation de mon Sauveur, Jésus-Christ, d’agir dans ma vie.

Pendant l’année suivante, j’ai assisté à ces réunions chaque semaine. J’ai suivi chaque étape plusieurs fois. Finalement, j’ai été capable de ressentir le pouvoir purificateur de l’Expiation.

Depuis, je me suis remarié et j’ai été scellé au temple. Je suis photographe professionnel et j’ai été primé. Je suis conférencier pour des séminaires de motivation sur les dangers de la drogue, et je suis fan de course à pied. J’aime faire de la généalogie et l’œuvre du temple, mais par dessus tout, j’aime passer du temps avec ma magnifique femme et mes trois merveilleux enfants. Je suis très reconnaissant de l’expiation du Sauveur. J’aime ma vie !