Nous y arriverons ensemble

L’histoire de Kristine


Chemin de terre menant à de belles montagnes.

J’ai lutté contre la toxicomanie pendant plus de vingt-cinq ans. J’ai commencé à prendre de la drogue et de l’alcool quand j’avais treize ans. Je me droguais à la méthamphétamine. Pendant ma toxicomanie, j’ai fait de moi-même trois séjours de trente jours dans des centres de traitement hospitaliers, j’ai essayé d’assister à des réunions d’alcooliques anonymes et j'ai suivi une psychothérapie. Mon mari était aux prises avec une dépendance similaire et il y a plusieurs années, nous avons traversé les pires moments de notre dépendance. Ma carrière professionnelle avait été gâchée par ma toxicomanie et nous avions le sentiment que notre mariage était détruit.

Quand j’ai perdu mon travail, mon mari et moi avons décidé de déménager chez ma belle-mère. Elle était membre de l’Église depuis de nombreuses années et nous a parlé des leçons avec les missionnaires. J’ai été profondément touchée par le réconfort que procure l’Évangile de Jésus-Christ et les enseignements de l’Église sur l’importance de la famille. Nous avons tous deux ressenti que nous avions besoin du repentir dans notre vie et que nous devions changer nos habitudes.

En 2008, mon mari et moi nous sommes fait baptiser le même jour. Après notre baptême, nous avons tous les deux retrouvé un emploi et étions pratiquants dans l’Église. Cependant, pendant cette période, nous avions l’impression que les membres ne comprenaient pas notre combat contre la toxicomanie. Malheureusement, nous avons rechuté et perdu notre nouvel emploi. Peu de temps après, ma belle-mère nous a demandé de partir. Nous n’avions nulle part où aller. Un ami nous a alors laissé un coin de son bureau où nous dormions sur un matelas par terre.

En 2010, un ami nous a invité à aller voir le fleuve Colorado. C’était comme si le Saint-Esprit nous y avait conduit. Isolés et sans les bruits du monde, nous avons passé notre temps à regarder les millions d’étoiles et à prier. Sous le ciel cristallin du désert, je me suis agenouillée et j’ai demandé à Dieu de nous aider. Notre Père céleste savait qu’il fallait que nous soyons dans un endroit où nous ne serions pas distraits. Nous avons ressenti que nous devions déménager dans la région et donc nous avons suivi l’inspiration. Peu de temps après, nous avons commencé à aller à la paroisse la plus proche. À travers nos difficultés, nous avons découvert que notre évêque avait eu,lui-même, dans sa vie, un problème d'alcoolisme qu'il avait vaincu et il nous a parlé du programme de traitement de la dépendance. Nos prières avaient été exaucées et nous savions que nous avions été guidés par l’Esprit. Nous avions finalement trouvé un endroit où nous nous sentions à l’aise et compris.

Depuis, mon mari et moi avons encore déménagé mais nous continuons d’assister fréquemment aux réunions du PTD. Nous faisons régulièrement le trajet de cent quatre-vingt kilomètres aller-retour pour assister aux réunions et continuer d’apprendre à appliquer les principes de l’Évangile à travers les douze étapes. La distance n’est pas un problème au regard du bonheur que nous trouvons. C’est un programme extraordinaire qui permet de guérir de la dépendance en étant centré sur le Christ. Il n’est pas toujours facile de faire les douze étapes avec un cœur brisé et un esprit contrit mais en priant quotidiennement notre Père céleste et en lisant les Écritures, notre vie a été changée. Grâce au PTD, nous ne sommes plus toxicomanes et nous sommes maintenant dignes d’aller au temple.

Je n’oublierai jamais le moment où mon mari et moi avons rencontré notre président de pieu pour notre premier entretien pour obtenir une recommandation à l’usage du temple. Mon mari et moi nous sommes regardés et, les yeux pleins de larmes, nous avons dit en même temps : « Nous y sommes arrivés, chéri ». Nous nous connaissions depuis le lycée. Nous avons lutté contre la toxicomanie ensemble, ensemble nous avons arrêté la drogue et n'avons pas rechuté, nous avons arrêté de fumer ensemble, nous nous sommes fait baptiser et sommes allés au temple le même jour l'un avec l'autre, puis, nous avons été scellés l'un à l'autre. Aujourd’hui, nous faisons tous deux des études supérieures.

Récemment, dans notre propre branche, nous avons eu la bénédiction d’avoir le programme PTD et nous avons été mis à part pour le diriger. Je serai toujours profondément reconnaissante pour le programme PTD de l’Église et pour la façon dont il a sauvé notre vie, notre âme et notre mariage.