Efface mes péchés et essuie mes larmes

L’histoire de Ryan


Jeune homme regardant la nature

Je m’appelle Ryan et j’ai été dépendant à la pornographie, aux médicaments, à l’alcool, à la marijuana, à la cocaïne, à la méthamphétamine, au peyotl, aux médicaments et au tabac.

À l’âge de treize ans je suis devenu dépendant à la pornographie. Devenir dépendant à la pornographie à un si jeune âge m’a fait me sentir vide et perdu. J’ai commencé à vivre une seconde vie. J’avais une vie de garçon modèle avec les activités des scouts et les activités sportives comme le football, la lutte, la natation, la course à pied et mon sport préféré, le baseball. L’autre vie que je menais était une vie secrète absorbée par la pornographie.

Quand je suis entré au lycée, je n’ai pas été sélectionné dans l’équipe de baseball parce que l’entraîneur estimait que j’étais trop petit. Je n'ai plus su alors qui j'étais : le baseball était toute ma vie. L'un de mes professeurs me disait que je ne deviendrais jamais rien. De ce fait, je me considérais comme une nullité. Mon sentiment de ne rien valoir a grandi à tel point qu’un soir j’ai décidé de mettre fin à mes jours. Alors que j’étais sur le point de me suicider, l’Esprit m’a dit d’arrêter immédiatement. Je me suis arrêté, mais au lieu de demander de l’aide, j’ai décidé de prendre des médicaments pour apaiser ma douleur et ma confusion. J’étais déjà dépendant à la pornographie et maintenant j’étais dépendant aux médicaments. Et c’est ainsi que débuta mon calvaire dans la dépendance.

À l’âge de dix-sept ans j’étais alcoolique et toxicomane et je passais ma vie dans les fêtes et les soirées. Je regardais constamment de la pornographie, ce qui me faisait me sentir encore plus mal. Mes amis avaient une mauvaise influence sur moi et j’étais tout le temps dans un milieu de tentations où l’Esprit ne pouvait pas rester avec moi. Je suis devenu une personne qui aimait la fête, buvait et faisait d’autres choses immorales.

Plus mes dépendances devenaient fortes et plus je m’éloignais de l’Évangile de Jésus-Christ. J’avais grandi dans l’Église mais je décidais de ne plus la fréquenter. Cependant, à vingt et un ans, j’ai commencé à fréquenter une jeune fille que j’avais connue au lycée. Nous avions tous les deux des problèmes de dépendance et nous savions que nous devions changer. Nous avons commencé à retourner à l’église et à essayer de sortir de nos dépendances. J’ai aussi commencé à aller à l’institut pour renouer le lien spirituel que je n’avais plus depuis longtemps avec Dieu. J’ai commencé à sentir que je maîtrisais mes dépendances.

J’ai épousé ma petite amie et ma vie a commencé à s'améliorer, puis tout a basculé au bout de deux ans. Nous avions un enfant, un petit commerce et j’avais repris les études. Je travaillais aussi beaucoup en dehors de la ville dans un foyer pour jeunes en difficulté. Pour ajouter à cela, nous avions des difficultés financières et le stress de toute cette situation me donnait l’impression de porter le poids du monde sur mes épaules. Après une longue journée de travail au foyer pour jeunes, mes collègues allaient dans un bar pour décompresser. J’ai commencé à les suivre et, peu après, je suis retombé dans ma dépendance à l’alcool et au tabac à chiquer. Je me suis retrouvé dans le même mauvais environnement que j’appréciais auparavant, celui dans lequel mes dépendances avaient prospéré.

J’ai caché pendant un moment la boisson et les drogues à ma femme. Puis un jour elle m’a dit qu’elle avait recommencé à boire et je lui ai confessé que moi aussi. Nous avons recommencé à boire ensemble, et je suis retombé dans la toxicomanie. J’ai commencé à vendre de la drogue à des coffee shop.

Il a fallu que ma femme passe sept jours consécutifs à boire pour que nos deux familles interviennent et nous disent que nous avions besoin d’aide. Elles m’ont dit d’arrêter de vendre de la drogue mais j’étais réticent. Ma femme a commencé à assister aux réunions du programme de traitement de la dépendance et m’a demandé d’y aller avec elle, allant même jusqu’à me menacer de divorcer si je ne venais pas, mais j’étais trop orgueilleux et amer, et je ne pensais pas avoir besoin de ces réunions. Une décision du juge m’avait obligé à assister aux réunions des Alcooliques Anonymes et à d’autres réunions de groupes en douze étapes, et cela n’avait jamais marché. Puis finalement, j’ai reconnu que j’avais besoin d’aide quand j’ai compris que je ne pouvais pas passer une journée sans boire ou me droguer.

J’ai commencé à aller aux réunions du programme de traitement de la dépendance. J’aimais le manuel des douze étapes, mais j’avais toujours envie de retourner à mon ancien style de vie. J’ai prié Dieu pour la première fois depuis des années et je lui ai demandé de me donner quelque chose, n’importe quoi, qui m’éloignerait du désir de me droguer ou de vendre de la drogue. J’ai eu le sentiment que je devais appeler mon ancien patron. Quand je l’ai appelé, il m’a dit qu’il recherchait un employé pour venir avec lui à Boston pendant quelques mois pour travailler sur un projet. J’ai demandé conseil à Dieu et j’ai senti que c’était le bon choix. Et nous sommes partis le lendemain.

À Boston, j’ai lu plusieurs fois le guide des douze étapes du programme de traitement de la dépendance. J’ai aussi lu en entier le Livre de Mormon pour la première fois et ai obtenu un témoignage de sa véracité. Boston s’est révélé être le cadre dont j’avais besoin pour complètement guérir de mon désir de vendre de la drogue. Je suis revenu trois mois plus tard avec le sentiment d’être spirituellement ressourcé et rempli de l’Esprit.

De retour en Utah, j’ai commencé à assister aux réunions du programme de traitement de la dépendance tous les jours pendant 90 jours. J’ai acquis une relation profonde avec mon Sauveur, Jésus-Christ. J’ai finalement compris que je n’étais jamais seul. Il m’a rempli de l’espoir que je pouvais guérir et qu'il avait une vie meilleure à me donner. Le Christ m'avait sauvé la vie quand j’étais au lycée et il me sauvait de nouveau. Je crois de tout mon cœur que les réunions du programme de traitement de la dépendance m'ont réellement sauvé la vie.

J’ai aussi pu aider d’autres personnes grâce à mes expériences de guérison dans le programme de traitement de la dépendance. J’ai aidé mon frère à surmonter ses dépendances et maintenant je suis animateur de réunion. Je dis aux gens que j’aide qu’ils ne sont pas seuls, qu’il y a d’autres personnes comme eux qui connaissent exactement la douleur et les difficultés qu’ils traversent. Je leur dis que j’ai ressenti leur solitude et leur honte et le sentiment de ne rien valoir, et que personne n’est irrécupérable. Quand j’ai commencé à utiliser le programme dans ma vie personnelle j’ai compris que le Christ était là pour moi et pour nous tous et qu’il avait payé le prix de nos péchés. Nous ne devons pas porter nos péchés, nous devons nous en libérer par le repentir.

Malheureusement, ma femme a quand même voulu divorcer et mon premier mariage a donc pris fin. Mais maintenant je suis remarié et j’ai une autre fille magnifique. Comme je contrôle mes dépendances et que j’ai une relation plus forte avec Dieu, je suis un meilleur mari et un meilleur père. J’ai appris à prendre la vie un jour après l’autre et je m’offre au Seigneur tous les jours. J’ai pu mettre l’Expiation en pratique chaque jour de ma vie et je suis vraiment reconnaissant de son pouvoir. C’est une chose de penser à Jésus-Christ et à son expiation de manière abstraite, mais c’en est une autre de le sentir effacer nos péchés et essuyer nos larmes ; c’est une expérience bien plus forte.

J’ai appris que, pour pouvoir éviter les tentations qui me font succomber à mes dépendances, j’ai besoin de me tenir en des lieux saints et de m’éloigner des mauvais environnements. J’ai confiance en mon Sauveur et, chaque jour, je m’appuie sur lui et sur sa force. « Je puis tout par celui qui me fortifie » (Philippiens 4:13).